Partout, pour tous ASSU 2000, 1er courtier en assurance auprès des particuliers
Rappel IMMEDIAT

Zoom sur les douleurs musculaires pendant l'effort

douleurs musculaires

Que l’on soit sportif de haut niveau ou simple amateur, la pratique d’une activité physique peut entraîner de nombreuses douleurs musculaires qui diffèrent en fonction des zones touchées. Quelles sont ces douleurs ? Comment s’en prémunir ? Et comment les soigner ? ASSU 2000 vous éclaire.

Douleurs avec ou sans lésion musculaire

Parmi les maux qui peuvent toucher les sportifs, il faut distinguer ceux sans lésion des fibres musculaires, comme les courbatures, les contractures, les contusions, ou les simples crampes et ceux avec lésion des fibres, comme le claquage ou la rupture musculaire. Ces derniers, beaucoup plus graves et douloureux, nécessitent un avis médical.

Les défaillances sans lésion des fibres musculaires

Les courbatures

Les courbatures sont dues à de microlésions des fibres musculaires provoquées par un effort physique important et inhabituel. Les muscles sont durs et fatigués et deviennent sensibles au toucher. On ressent une sorte de rigidité au moindre mouvement.

La douleur, diffuse, survient, en général, dans les 24 à 48 heures qui suivent la pratique du sport et peut durer une semaine.

Pour éviter les courbatures ou du moins en réduire la durée et l’intensité, il est indispensable de bien s’échauffer, de bien s’hydrater avant, pendant et surtout après la séance de sport et de modérer ses efforts en fonction de son entraînement.

La contracture musculaire

Il s’agit d’une contraction du muscle douloureuse, involontaire et non contrôlée. Elle peut être assimilée à une courbature plus intense qu’à l’accoutumée et localisée à un endroit précis. La contracture touche principalement les zones suivantes : cuisses, mollets, fesses, gouttières du cou et vertébrales.

La douleur apparaît le plus souvent après l’effort, pendant les moments de repos. Si la séance se poursuit, le muscle se raidit de plus en plus et la douleur peut devenir gênante. La seule solution réside alors dans la mise au repos du muscle concerné. L’application d’une compresse chaude sur la zone touchée peut apporter un apaisement certain, tout comme les massages. Si la contracture persiste – et elle peut durer de 5 à 10 jours – il est possible de se voir prescrire des décontractants musculaires et des antalgiques
douleur 660x.

Les crampes

Les crampes sont des contractions musculaires soudaines et douloureuses qui surviennent pendant un effort ou au repos. Elles touchent principalement les mollets et les cuisses.

Il est très facile de reconnaître cette douleur : le muscle est visiblement durci, la durée de la crampe va de quelques secondes à plusieurs minutes, elle rend impossible la poursuite de l’activité et elle disparaît spontanément.

Les crampes apparaissent notamment en cas d’activité intense, de blessure, de déshydratation, d’appauvrissement ou d’excès en calcium ou magnésium (sels minéraux), etc.

Pour les éviter, il faut boire énormément afin de permettre aux muscles d’être bien hydratés. Privilégiez les aliments comme les lentilles, les légumes verts et secs ou encore le chocolat noir, mais également les produits laitiers qui contiennent une bonne quantité de calcium. Mais consommez avec modération les viandes rouges et la charcuterie, riches en azote (toxine difficile à éliminer).

L’élongation

Il y a élongation lorsque, durant un effort physique, le muscle a été sollicité de manière excessive, et a dépassé ses possibilités normales d’élasticité ou d’extensibilité. Le sportif va alors ressentir une douleur musculaire brutale mais modérée, sur une zone bien précise. Cette dernière disparaît en général au repos mais resurgit à la contraction et à l’étirement du muscle, ainsi qu’à la palpation. Pour soulager la douleur, il faut appliquer une poche de glace sur la zone concernée, trente minutes matin et soir durant trois jours. Des sprays réfrigérants font également bien l’affaire. Pour compléter le traitement, le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires locaux, des antalgiques ou des myorelaxants.

Pour éviter les élongations, il est indispensable de bien s’échauffer avant tout effort physique, de boire régulièrement et surtout d’adapter son activité sportive à sa condition physique.

genoux 660x

Les défaillances avec lésion des fibres musculaires

Le claquage

Le claquage est une rupture de quelques fibres musculaires, provoquant un saignement au niveau local. Il intervient à la suite d’un effort physique intense, la douleur est alors très vive, et foudroie le sportif qui ne peut poursuivre son action. Le claquage, qui touche principalement les mollets, les cuisses et les ischio-jambiers, se reconnaît par un muscle d’aspect difforme, un hématome ou encore un œdème.

Pour se soigner, il faut un repos complet et comprimer le muscle douloureux à l’aide d’un bandage élastique. Il est préconisé également d’apposer plusieurs fois par jour une poche de glace afin de réduire les saignements. Des exercices de rééducation sont nécessaires afin de faire retravailler le muscle et favoriser la cicatrisation.

Comme pour toutes les défaillances musculaire, bien s’échauffer, s’hydrater, s’étirer à la fin de chaque séance sont les maîtres-mots pour éviter un claquage.

dos660x

La rupture musculaire

Il y a rupture lorsque plusieurs faisceaux ou groupes de fibres musculaires sont rompus. Il s’agit d’une forme plus grave de claquage. La douleur est fulgurante et localisée. Très vite, un œdème et un hématome vont apparaître. Le traitement est identique à celui prescrit pour un claquage, à ceci près que la rupture musculaire peut éventuellement nécessiter une intervention chirurgicale.

Pratiquer une activité physique n’est pas anodin. En effet, malgré les bienfaits que l’on en retire, c’est une sorte de contrainte que l’on impose à son organisme. Il est ainsi impératif d’être à l’écoute de son corps et de guetter la moindre faiblesse afin d’éviter les accidents musculaires.

Sources : doctissimo.fr, lefigaro.fr

© ASSU 2000 – septembre 2019

Inscrivez-vous à notre newsletter: